Rencontre de fin d’année à l’Union Franco-Belge

Du 13 au 15 novembre dernier s’est déroulée à Paris la rencontre de fin d’année de notre Union franco-belge. Les 4 représentants de notre Fédération, Christian Bultinck, Jackie Mubedi, Christian Sabot et Jeroen Tuinstra ont donc passé trois jours à établir le bilan tant financier qu’administratif de l’année 2016. Les budgets de 2017 des trois Fédérations ont également été discutés et approuvés. Cette réunion s’est tenue le premier jour dans les locaux de la Fédération France Nord et les deux suivants dans ceux de la Fédération Protestante de France (FPF).

Pendant la première partie plus administrative, plusieurs rapports ont été présentés sur les activités des différents départements de notre Union : la Jeunesse, l’IEBC, l’Association Pastorale, la Santé, etc. Il a même été décidé de dégager un salaire pour Hope Channel France. Ce projet avait déjà été discuté plusieurs fois lors de Comités de l’Union. Grâce à ce médium qui sera principalement consultable sur internet, l’Union espère mettre à disposition des moyens d’évangélisation sur internet pour les personnes francophones.

Un des aspects importants de cette rencontre de fin d’année consistait à établir le budget de l’an prochain. Bien que 2016 ne soit pas encore terminé, une projection financière peut déjà être établie sur base des rentrées et dépenses des derniers mois. Pour notre Fédération, on note un recul provisoire des dîmes de 2 %. Bien que cette donnée place la Fédération devant un défi certain, il a malgré tout été possible de boucler le budget. Dans les années précédentes, la Fédération avait déjà puisé dans les réserves, notamment pour engager de nouveaux pasteurs. Ces réserves sont normalement destinées à couvrir une éventuelle diminution des dîmes. Il a entre autres été décidé de n’augmenter le salaire des pasteurs que d’1 % alors que l’inflation en Belgique est de l’ordre d’environ 2 %. Il faut également souligner qu’aucune augmentation de salaire n’avait été appliquée en 2016.

Le recul des dîmes ne s’explique pas vraiment. C’est en général trois ans plus tard que l’église ressent les conséquences d’une éventuelle crise économique. De l’avis de Christian Sabot, le trésorier, il faudra voir si cette baisse est une tendance ou une simple fluctuation.

pie_dimes2017_frLe graphique montre comment la Fédération répartit les dépenses qui proviennent des dîmes et offrandes. Pour chaque euro donné, 22 % sont transférés aux instances supérieures telles que l’Union, la Division et notre université de Collonges-Sous-Salève. 60 % sont consacrés aux frais de personnels, notamment aux salaires, aux assurances, aux frais de voyage et dépenses diverses. 5 % sont utilisés pour les frais des départements comme les journées de formation, les congrès, l’IEBC et les camps. Les frais liés à l’administration, au bureau de la Fédération, aux réunions de commissions, à la traduction et à l’informatique sont de l’ordre de 5 %. Les 8 derniers % sont destinés au fonds de pension complémentaire qui alimente un fonds spécial de la Division. Cette convention ne concerne plus les pasteurs actuels et futurs pour qui une assurance complémentaire a été contractée.

Les frais liés à l’achat de nouveaux bâtiments ou à leur entretien ne proviennent pas des dîmes. Ceux-ci sont financés par les loyers, les contributions au fonds des bâtiments, à la vente de biens immobiliers et aux éventuels legs ou héritages.

Le trésorier et le Comité de Fédération sont très reconnaissants envers les membres pour leur fidélité au niveau dîmes. Malgré les temps difficiles d’un point de vue économique, les membres restent généreux. L’Eglise en Belgique et au Luxembourg ne pourrait pas exister sans la contribution et la générosité de ses membres.

Les commentaires sont clos.