Pastorale aux Pays-Bas

Les 7 et 8 novembre, les pasteurs de la Fédération belgo-luxembourgeoise accompagnés de quelques pasteurs de l’Union néerlandaise se sont retrouvés aux Pays-Bas pour une étude consacrée à la violence et la non-violence. Le 11 novembre commémorait les 100 ans de la fin de la Première Guerre mondiale. C’était donc l’occasion de réfléchir au rôle des chrétiens au travers de l’histoire dans les conflits armés ainsi que sur d’autres problèmes liés à la guerre et à la violence. Pendant la première journée, Rudy Van Moere et Johan Delameillieure ont respectivement abordé le sujet de la violence dans l’Ancien et le Nouveau Testament. En soirée, Jeroen Tuinstra nous a projeté le film « Hacksaw Ridge » retraçant l’histoire de Desmond Doss, l’objecteur de conscience ayant été le premier non-combattant à recevoir la médaille d’honneur du Congrès pour avoir sauvé 75 vies à Okinawa (Japon) pendant la Deuxième Guerre mondiale.

La deuxième journée a été introduite par une méditation sur la non-violence de Rob de Raad, président de l’Union néerlandaise. Chris Bultinck nous a ensuite ramené au temps des premiers chrétiens et nous a expliqué leur attitude face à la force militaire. Par un exposé intitulé « Des objecteurs de conscience aux coopérateurs consciencieux », Reinder Bruinsma a parcouru les archives de notre Eglise révélant les changements de position au fur et à mesure des conflits armés. Trois collègues-pasteurs (Yves Pierre, Edouard Ajinça et Ricardo Pereira) ont ensuite retracé la vie de trois grandes figures de la non-violence : Mahatma Gandhi, Martin Luther King et Hélder Câmara. Pour terminer ce séminaire, c’est Jurrien den Hollander qui nous a permis de réfléchir sur la violence verbale et non-verbale à l’extérieur mais aussi à l’intérieur de l’Eglise.

En parcourant brièvement l’histoire, chacun se rend compte que la violence a touché toutes les cultures et les époques dans le monde entier. En tant que chrétiens, nous sommes responsables de nos actions lors de ces périodes troublées. Notre position, qu’elle soit contre ou en faveur de, peut être (ou pas) un exemple fort de l’amour véritable et de la volonté de Dieu. Grâce à ce temps d’étude, nous avons essayé de mieux comprendre ce sujet espérant que cela nous aidera à agir au mieux lorsque des conflits surgiront, et à guider notre Eglise afin qu’elle puisse se protéger sans pour autant se dérober.

Les commentaires sont clos.