La radio, un médium parmi les médias

Tout communicateur sait très bien que pour qu’une information passe, elle doit être relayée par différents médias. En effet, certaines personnes sont plus sensibles à l’information visuelle, d’autres retiennent mieux ce qu’ils entendent. La majorité des jeunes se retrouvent sur certains réseaux sociaux; les adultes sur d’autres plateformes. Certains préfèrent le papier, d’autres l’écran… Et ce n’est qu’en combinant ces différentes méthodes et moyens de diffusion qu’une information a le plus de chance d’arriver au public ciblé.

Parmi ces nombreux médias, on retrouve bien sûr la radio !

Le 7 mai dernier, Stéphane Vincent, directeur d’Hope Radio et d’AWR Francophonie, a rejoint une partie de l’équipe fédérale pour une réunion de travail et de concertation. Au programme, réfléchir aux possibilités de réimplanter une radio sur le territoire belge dans les années à venir.

Nos aînés se souviennent certainement de Radio Maranatha qui a émis dans la région bruxelloise dans les années ’80 (voir Centenaire de la Fédération). Mais en 40 ans, les choses ont bien changé… Avant d’oser rêver à un tel projet, il est important de se poser les bonnes questions, de s’informer auprès des instances compétentes, de comprendre les mécanismes d’implantation, de programmation et de diffusion, d’évaluer les coûts, de répertorier les ressources humaines compétentes, disponibles et motivées…

Hope Radio émet pour l’instant dans 7 villes de France ainsi sur la Suisse. Le programme est composé à 60 % de chants Gospel. C’est d’ailleurs cet aspect qui a permis à la Radio de se frayer un chemin officiel dans le paysage très encombré des ondes hertziennes. Les 40 % restants sont dédiés à de l’information mais aussi à des émissions parlées autour de thématiques spirituelles, culturelles, humanitaires, scientifiques, culinaires ou encore de santé et de bien-être.

Si une possibilité d’émettre venait à s’ouvrir dans le futur, nous pourrions bénéficier des podcasts d’Hope Radio qui possède déjà une riche audiothèque. Mais bien sûr, la particularité de notre Fédération repose sur différentes composantes linguistiques et culturelles, et cet aspect ne doit pas être négligé dans les réflexions.

Dans les semaines et mois à venir, Stéphane continuera à s’informer sur tous les aspects techniques, administratifs, pratiques et financiers liés à ce projet. Parallèlement, la Fédération proposera sans doute en première instance une formation liée aux techniques de communication.

Restons donc connectés !

Les commentaires sont clos.